Afrique Noire: inoubliable !!!

 

 
Ca commence par un coup de fil d'YVES CHAUMARD.  " Bonjour Michel Christian BEILLES  de sud expe cherche quelqu'un pour partir tout le mois de novembre en Afrique noire pour faire des reconnaissances en vue d'un raid pour le mois de janvier. Ca te dit ?"
 
 

 

Samedi et même dimanche, vous auriez répondu quoi à une telle proposition? Le temps de préparer les visas pour la Mauritanie et le Mali, le carnet ATA pour le véhicule et fouette cocher. Au sujet du carnet ATA on en reparlera plus tard, voila une invention quelle est belle. Bref début Novembre on se retrouve a Sète avec 4 autres véhicules qui eux partent au Maroc pour faire les reconnaissances du raid passion désert 2012. Il s'agit des incontournables frères CHAUMARD les DUPONT ET DUPONT de SRA, du couple DUBOURG et de MARCEL qui depuis quelque temps va souvent au Maroc!!! Arrivés a Tanger l'autoroute nous permet d'être à AGADIR le soir même . Le lendemain nous nous séparons et chacun vogue vers son destin. Ca me plait moi de partir le matin sans savoir ce que nous réserve la journée. Quelles pistes allons nous trouver, quels paysages allons nous découvrir, quelles rencontres allons nous faire, quelle galère nous attend également ?
 
 
 
 
 
 Ma seule inquiétude, nous partons à seulement quatre personnes et nous allons donc vivre en vase clos pendant un mois du matin au soir. Que nous réserve la cohabitation? Christian part avec sa compagne Chantal, une charmante jeune femme belge( personne n'est parfait !) et avec ma femme nous allons fêter sur ce voyage nos 34 ans de mariage, on devrait donc arriver à se supporter encore un peu.

La descente du MAROC se passe sans encombre au gré de pistes et de goudron. Les plages se feront de retour, les horaires des marées n'étant pas favorables. Arrivés à la frontière Maroc Mauritanie en attendant que celle ci ouvre, je jette un œil sous le 4X4 comme ça pour voir. Damned une flaque d'huile s'étend!!!!! Après inspection il s'avère que la durite de graissage de turbo fuit. Une tentative de resserrage aggrave la chose, un des goujons de fixation ayant foiré. Enfoiré devrais je dire. J'achète de l'huile et direction Nouakchott dans l'espoir de faire réparer car il est hors de question de remonter le Maroc on est là pour avancer. Au bout de 50 kms on contrôle l'huile. Le niveau baisse trop vite je n'arriverai jamais au bout.

 
Christian me prend en remorque. Oui je sais c'est pas la première fois y a pas de quoi rire!!. Au menu 400 kms à faire, demain c'est dimanche et en plus il y a une fête ( la tabaskiéquivalent de l'aïd) qui commence et qui dure trois jours. Et en Mauritanie l'assistance mécanique ne marche pas. De plus j'étais censé être là pour aider Christian et je me retrouve dans le rôle du boulet. Le bonheur total quoi!. Le lendemain matin  grâce à l'aide du réceptionniste de l'hotel  que nous avons prévenu la veille, deux mécanos arrivent à l'hôtel avec une trousse à  outils que même celle que vous avait offert à votre neveu de 3 ans l'an passé à noël  était mieux garnie.
Ca commence bien. Après discussion il s'avère que les garages étant fermés, la seule solution est de faire ça sur le parking de l'hôtel. On sort nos outils pour compléter la panoplie et après démontage effectivement la durite est fendue. Pendant qu'un mécano va faire braser, avec l'autre on démonte le turbo puisque bien évidemment on n'arrive pas a démonter le goujon sur place. ça aurait été trop simple. Brasure faite on remonte tout le bazar et ça marche, le pied! Le cœur léger et délesté de 170 euros quand même, nous repartons en fin de matinée. La descente de la Mauritanie se continue sans problème.
 
Enfin quand je dis sans problème c'est relatif puisque deux jours après je me retrouve sans embrayage suite à une fuite d'un serpentin de Lockheed. Etant en bivouac pas d'aide a attendre, heureusement la perceuse et les mèches de Christian nous aident bien à résoudre le problème. C'est marrant que dans certaines situations on se découvre des qualités de bricoleur insoupçonnées. Par contre si le chat noir  veut bien me lâcher, je suis preneur.
 
 

 

Un beau matin nous arrivons donc à la frontière Mauritanie Sénégal. Tout se passe bien jusqu'à la présentation du carnet ATA ( admission temporaire temporary admission ). A la base ce carnet est fait pour exporter temporairement de la marchandise ( lors d'une exposition par exemple ) sans payer de taxes et de droit de douanes. Il peut  également être utilisé pour un véhicule. Le Sénégal le réclame pour que l'on ne puisse pas vendre notre voiture sur place puisque qu'il est visé à l'entrée et à la sortie du pays. Les chambres de commerce sont habilitées à le délivrer. Donc tout fier nous sortons nos carnets qui sont visés mais on nous dit attendez il faut quand même faire le passe avant ( en clair permis de circuler) Mais monsieur le douanier on croyait qu'avec le carnet il n'y avait plus besoin de passe avant. Non il faut quand même. Les passe avant sont faits mais à notre grande stupeur dessus il est marqué deux jours pour aller à Dakar faire viser le carnet. Mais monsieur le douanier nous n'avons pas le temps d'aller a Dakar nous voulons transiter pour aller au Mali. AAHHLALALALA il fallait nous le dire avant ,maintenant il faut faire des modifications et les modifications c'est interdit!
 
Ou alors!!!!! Ou alors quoi monsieur le douanier? Ben vous savez la tabaski vient de commencer et il faut acheter le mouton et un mouton ça coute cher. Finalement nous avons donné 50 euros par voiture les modifications ont été faites et nous avons pu continuer. Effectivement au retour nous avons signalé notre intention de simplement transiter et tout c'est bien passé. Et puis la tabaski était finie. Bon c'est sur, sur le moment ça fait un peu raler mais chez nous on se fait arnaquer plus souvent et c'est légalisé. Et puis ces petits désagrements sont tellement vite oubliés grâce à la gentillesse de la population leur curiosité, leurs éclats de rire pour une photo ou un sourire. Découvrir l'afrique noire est un vrai dépaysement. Les tenues sont colorées tout le monde répond aux signes amicaux que nous leur faisons au passage. Les arrêts dans les villages ou autour des puits sont l'occasion d'une récréation spontanée. Les enfants improvisent des matchs de foot avec les balles de tennis que nous leur offrons et quand Danielle s'amuse à tirer la corde du puits avec les femmes, celles ci sont hilares. On se sent bien parmi ces gens. Dommage qu'il faille avancer on bivouaquerait bien au village. Les paysages ne sont pas en reste non plus. Les baobabs plus gros les uns que les autres nous attirent pour des arrêts photos Entre temps nous avons fait notre entrée au Mali et la démesure des chutes de GOUINA  laisse rêveur. Le pays dogon est bien sûr visité. A l'origine les dogons de religion animistes s'étaient réfugiés sur la falaise de Bandiagara ( 200 kilometres de long quand même ) parce que les Peuls voulaient les islamiser. Eh oui déjà à l'époque.
 
 

 

Les Peuls ayant réussi leur coup, les dogons ont occupé, le bas de la falaise plus pratique à habiter. La mosquée de Djenné inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco mérite le détour. C'est le plus grand édifice en terre crue au monde qui demande beaucoup d'entretien de part sa particularité. MOPTI et son port au bord du NIGER grouille de vie. Des pirogues immenses remplies de marchandises, bétails et humains partent pour des journées entières de navigation sur le fleuve. J'ai du mal a imaginer un voyage dans ces conditions. BAMAKO dans son genre est à voir également. Une circulation anarchique nous incite à la prudence. A mon grand étonnement à BAMAKO il y a des magasins où l'on trouve de tout. Dans le même local vous pouvez acheter un quad, une moto, des appareils de musculation et tout un tas de produits français( alcool, vins, camembert, beurre normand.. ) On se croirait à l'Intermarché du coin.
 
Notre sortie du MALI se fait par un magnifique goudron qui traverse tout le pays pour rejoindre le Sénégal, Dakar et son port. Le douanier Malien qui enregistre nos passeports est lui aussi magnifique dans son genre. Monsieur Beilles  vous faites quoi comme métier?" agent de voyage répond l'intéressé. Au bout d'un petit silence le douanier demande et"- votre profession Mr Beilles ?" Dans le même style nous avons également eu droit à" Chantal elle est belgienne?" Et vous MR LUBRANO vous êtes marocain?
 
Ou il a été pêche ça? Mes ancêtres italiens ont du faire des saltos arrières dans leur cercueil. Au SENEGAL il est prévu de traverser le parc du niokolokoba (réserve d'animaux).
 
8 heures du matin apparemment on réveille le préposé à l'entrée. Il commence les formalités d'entrée et au bout de 5 mn laisse tomber le stylo, lève les bras au ciel et s'exclame " mais je suis bête ,les pistes ne sont pas praticables les gués sont trop hauts, c'est dommage vous étiez mes premiers clients de la saison j'étais content, revenez dans vingt jours ça passera.
 
L'arrivée au lac rose est un grand moment. Depuis que j'en entends parler j'y suis enfin . Il est vraiment rose et sa salinite est exceptionelle. De 32 grammes par litre, pour une mer classique, elle est de 380 grammes par litre. Au lac rose. 50 000 tonnes de sel sont extraites chaque année, non pas par évaporation mais en arrachant les plaques de sel déposées au fond du lac : 1m 50 d'eau , 1 m50 de sel.
 
 
 
 
 
Plus tard 120 kms de roulage sur une plage nous amène à SAINT LOUIS du Sénégal. Ville escale à l'époque de l'aeropostale et son hotel de la poste qui existe toujours où Antoine de Saint Exupéry avait une chambre à l'année. Son fameux pont FAIDHERBE relie l'ile de Saint -Louis au continent. La décoration toute en couleur, des pirogues rivalise avec celle des vieux saviem SG2 qui assurent les transports en commun, théoriquement limités à 26 places, ils sont toujours en surcharge. Tout ça fait de saint louis une ville bien attachante. Pour information la température moyenne sur une année est de 25 degrés, ça laisse rêveur. Rentrés de nouveau en MAURITANIE une nouvelle plage nous amène à NOUAKCHOTT. Puis c'est la rentrée au MAROC et son cortège de formalités et notamment le passage du véhicule au scanner. Au total 6 heures pour sortir de MAURITANIE et rentrer au MAROC. La descente de l'oued AOREORA qui débouche sur plage blanche, puis la remontée de celle- ci est encore un beau spot de ce voyage. Nous récupérons définitivement le goudron un peu avant SIDI IFNI pour remonter le MAROC. Ce fut une super balade malgré son rythme soutenu. Lever vers les 5H 30 départ à la pointe du jour nous planterons souvent le bivouac de nuit. Après une douche, un apéro réglementaire, un repas où l'on relate les évènements de la journée les yeux se ferment facilement. CHRISTIAN ET CHANTAL doivent encore mettre le road book sur l'ordi tant que les souvenirs sont frais.Et l'ambiance dans tout ça? Super on s'est entendu comme larrons en foire et ce fut une belle expérience. Si vous n'êtes jamais allés en Afrique noire n'hésitez pas, vous serez comblés.  Allez y avant qu'il ne soit trop tard. En effet suite aux derniers enlèvements au MALI cette partie du voyage a été annulé et remplacé par une boucle au BURKINA FASSO. J'espère que ces lignes vous auront donné envie d'aller faire un tour là bas.
 

                                                                                                                                                         Michel

 

 
Moi je vais faire court car Michel a bien résumé notre périple, mais tout simplement dire que j'ai eu un gros coup de cœur pour l'Afrique Noire par ses paysages très diversifiés, ses marchés  très colorés,  le folklore des rues très animées, la gentillesse, les bonjours, les sourires lors de nos traversées de villages , les enfants et même adultes qui ne demandent qu'à être photographier et riant en se voyant sur l'écran .
 
Beaucoup de baobabs gigantesques et magnifiques, des champs de coton pleine récolte, des animaux et de nombreuses espèces d'oiseaux, des situations cocasses ont jalonné notre périple et permis de faire de nombreuses photos qui pour ma part font partie du voyage
 
Dans ces pays,  on s'y sent bien, en sécurité et bien accueillis. J'aurais aimé avoir le temps de passer plus de temps en compagnie de ces gens, d'accepter l'invitation d'un pêcheur, jouer avec des enfants , de bivouaquer à proximité d'un village pour partager ... mais  ce fut un véritable plaisir de faire ces reconnaissances et j'espère y retourner le plus rapidement possible.
Voilà mes impressions et un échantillon de photos prises
 

                                                                                                                                                            Danielle

 

Le compte Facebook de SRA La chaine Youtube de SRA La chaine Dailymotion de SRA